Chapitre 50 – Le mérite de rendre visite à un malade

149 – “[Celui qui rend visite à son frère musulman malade marchera sur un chemin plein de palmiers au Paradis jusqu’à ce qu’il s’assoie ; s’il s’assied, la miséricorde le couvrira entièrement. Si cette visite se fait le matin il verra soixante-dix mille Anges qui prieront pour lui jusqu’au soir, et si celle-ci se fait le soir, soixante-dix mille Anges prieront pour lui jusqu’au matin.”