Traduction des sens du Coran On entend par traduction du Noble Coran, la traduction de ses sens

Traduction des sens du Coran - On entend par traduction du Noble Coran, la traduction de ses sens -
La fatwa numéro ( 2792 ) :
Q : J'ai lu, dans le magazine (Al-`Arabî) no. 237 du mois de Cha`bân de l'an 1398 Hégire, un article sur les études coraniques, une nouvelle présentation des positions de l'opposition du Dr. Mohammad ibn Ahmad Khalaf-Allah.
( Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 166)
 
Prière de bien vouloir consulter l'article évoqué, notamment : la traduction du Coran, qu'il souhaite d'après ce qui ressort, en apparence, de ses paroles, serait une traduction littérale. Que pensez-vous des raisons qu'il a évoquées dans son article pour justifier la traduction (littérale) du Coran ?
Eclairez-nous sur cette question, qu'Allah vous rétribue, et qu'Il fasse de vous un des défendeurs de Sa Législation et de la tradition (Sunna) de Son Messager Mohammad, Salla Allah `Alaihi Wa Sallam.
R : Il apparaît clairement de l'article du Dr. susmentionné, que ce dernier désire traduire les sens du Coran et de les exprimer dans d'autres langues autres que la langue arabe. En effet, la traduction des sens du Coran est permise, si on en comprend correctement le sens, et s'il est expliqué par un savant (religieux) d'une manière à exprimer les sens du Coran dans les autres langues en reflétant avec exactitude la signification voulue des textes du Coran ; ceci rentre dans l'accomplissement du devoir d'information en faveur de ceux qui ne connaissent pas la langue arabe.
Cheikh Al-Islam, Ahmad ibn Taymiyya, qu'Allah lui accorde sa miséricorde, a dit : "Quant au fait de s'adresser aux gens ayant des termes conventionnels dans leur propre terminologie n'est pas une chose détestable, si cela est nécessaire et si les significations sont exactes, comme par exemple, s'adresser à des gens parlant difficilement ou pas la langue arabe, parmi les Romains (de l'empire d'orient), les perses et les turques dans leurs langues et dans ce qui est conventionnel chez eux. Cela est permis et bon car dicté par la nécessité. Mais, les Oulémas ont détesté ceci si cela n'est pas nécessaire. C'est pourquoi le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : à Omm Khâlid ibn Sa`îd ibn Al-Ass, alors qu'elle était petite, elle qui était née en terre d'Abyssinie, car son père faisait partie de ceux qui ont avaient émigré dans ce pays ; il lui a dit : O Omm Khâlid, Cela est " Sanâ " et le terme " Sanâ " dans la langue de l'Abyssinie veut dire Le Bon - car elle faisait partie des gens qui parlaient cette langue. C’est pourquoi on peut traduire les sens du Coran et des hadiths pour ceux qui ont besoin de le comprendre dans leur langue. De même, le musulman peut lire ce dont il aurait besoin des livres
( Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 167)
 des autres nations, ce qu'ils disent dans leurs langues et les traduire en langue arabe, comme l’avait ordonné le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à Zayd ibn Thâbît d’apprendre la langue des hébreux pour lui lire leur livre, et pour lui écrire et ceci parce qu'il n’avait pas confiance dans les juifs. Quant à la translittération, celle-ci est illicite.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')

MembreMembreVice-président du ComitéPrésident
`Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

Source : www.alifta.net