Q1 : Peut on attribuer l'expression "Ad Dayouth " (Celui qui voit les péchés commis par ses proches de sexe féminin sans être jaloux) à celui qui laisse ses filles sans porter le voile...

La première question de la Fatwa numéro 3246
Q1 : Peut-on attribuer l'expression "Ad-Dayouth " (Celui qui voit les péchés commis par ses proches de sexe féminin sans être jaloux) à celui qui laisse ses filles sans porter le voile islamique ? Nous avons entendu l'un des frères dire que " le dayouth " n'est pas celui qui voit sa femme, sa fille ou sa sœur commettre le délit d'adultère uniquement, ce frère a expliqué le hadith, dans lequel le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a mentionné cet acte blâmable, en disant: " Le dayouth est celui qui voit le manque de pudeur ou des choses blâmables au sein de sa famille, en exhibant leurs atours et se tait et non celui qui approuve que ses proches (femme, filles, sœurs, mère) s'adonnent à la dépravation ". Qui est donc alors le " dayouth " cité dans le hadith ? Est-ce celui qui voit sa femme (famille) s'adonner à la dépravation ? Qu'est-ce qu'alors le blâmable qui est mentionné dans le hadith honoré ?
R1 : Il a été rapporté par 'Ahmad d'après Ibn `Omar (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Allah (Exalté soit-Il) a interdit le Paradis à trois (sortes de personnes) : l’alcoolique, l’ingrat (vis-à-vis de ses parents) et le faible qui tolère l’adultère de ses femmes. Al-Haythamî a dit dans "Madjma` Az-Zawâ`id" : l'un des transmetteurs n'a pas été nommé, mais ses transmetteurs (du hadith) restent toujours des hommes dignes de confiance. Et il a été rapporté par At-Tabarânî d'après `Ammâr ibn Yâssir (qu'Allah soit satisfait de lui) que : Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
( Numéro de la partie: 17, Numéro de la page: 198)
 a dit : " Trois n'entreront jamais au Paradis : Le dayouth (celui qui approuve que ses proches s'adonnent à la dépravation), la femme qui se masculinise et l'alcoolique. Ils dirent : O Envoyé d'Allah: l'alcoolique, nous connaissons, mais qui est le dayouth ? Il dit : Celui qui ne ressent aucune sorte de gêne de voir un homme pénétrer auprès de ses femmes. Ils dirent : Et les femmes masculinisées ? Il dit : celles qui cherchent à ressembler aux hommes ". Al-Haythamî a dit, dans "Madjma` Az-Zawâ`id" (il y a des gens inconnus, dans la chaine de narration, mais personne n'a dit que ce hadith est faible). Et Al-Bazzâr et At-Tabarânî ont relaté, que Mâlik ibn Ouhaymir, (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit : J’ai entendu le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dire : Le jour du jugement dernier, Allah n’accepte des « faucons » ni change ni justice (c’est à dire les bons actes). Nous dîmes : et qui sont les « faucons » ? Il dit : ce sont les hommes dont les épouses reçoivent la visite d’hommes (n’appartenant pas au degré prohibé). Al-Haythamî a dit que dans la chaine de narrateurs de ce hadith, se trouve Abou Razîn Al-Bâhilî et celui-là, je ne le connais pas, mais le reste de ses transmetteurs sont dignes de confiances. Et ainsi, il apparaît à toute personne que l'expression " Ad-Dayouth " s'applique à toute personne qui approuve toute vilenie de la part de toute personne sur laquelle il a autorité, telle que sa femme, sa fille ou sa sœur et toute autre personne, que cette vilenie se rapporte à la fornication ou le recours aux voies qui y conduisent, comme le fait de se dévoiler en présence des hommes qui lui sont étrangers, ou de côtoyer les hommes et de s'entretenir en aparté avec l'un d'eux, ou de se parfumer
( Numéro de la partie: 17, Numéro de la page: 199)
 avant de sortir, ou toute autre action séditieuse qui provoqueraient des actes immoraux. Et tous les hadiths spécifiques à ce sujet entrent dans la généralité du premier hadith, mais ces hadiths comportent des mises en cause qui ont été évoquées, tout en sachant toutefois que le silence d'un tuteur face à tout acte blâmable est interdit, qu'il s'agisse de sa famille ou des autres, sauf que le silence ou l'approbation face une vilenie est plus grave quand cela touche les proches, placés sous sa responsabilité, et ce, quel que soit ce qualificatif de "dayouth" soit donné à cet acte ou pas, il s'agit d'un acte blâmable, en tout état de cause conformément aux versets et aux hadiths généraux qui prouvent cela. Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')

MembreVice-présidentPrésident
`Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

Source : www.alifta.net